Production d’un documentaire participatif sur les conséquences de la crise anglophone sur la jeunesse des régions éponymes.

La crise anglophone qui sévie il y a de cela 4 ans déjà dans les régions du Nord-ouest et du Sud-Ouest du Cameroun, a laissé et continue d’ailleurs de laisser dans son évolution des souvenirs indélébiles sur les victimes, qui sont les populations en général et plus précisément sur les jeunes de ces deux régions. Cependant, il faut noter que les jeunes représentent un peu plus de 75% de la population selon des données indépendantes colmatées dans lesdites régions. De plus, une enquête menée auprès des entreprises en zones anglophones et publiée en septembre 2018 révèle le manque à gagner en termes de chiffres d’affaires notamment 269,056 milliards FCFA sur les industries agroalimentaires, agro-industries locales, télécommunications, filière café-cacao, services agricoles et distribution, les répercussions négatives très importantes sur les activités estimées à un taux de (50%).

Outre, les études d’investigations élaborées sur les conséquences de cette crise présentent une forte montée du nombre de prostituées dans les métropoles du pays notamment Douala suite au nombre de jeunes filles venus des régions anglophones dans le but de s’exiler pour les uns, tandis que d’autres ont préféré rejoindre les rangs des Amba boys, nom pour designer la branche armée des séparatistes. Dès lors, le projet de production d’un documentaire participatif sur les conséquences de la crise anglophone sur la jeunesse des régions éponymes vise dans sa mise en œuvre à présenter de façon plus explicite les impacts de la crise anglophone sur la jeunesse des régions anglophones. Ceci à travers une collecte et les interviews des victimes qui sont ancrées dans cette situation et la vivent au quotidien. Il est à noter que le présent projet a débuté courant l’année 2019 et une production audiovisuelle d’un documentaire y afférent a été réalisé et diffusée au mois d’Août 2020, bien que ralenti par le fait de la Covid-19.